Marathon de Nantes 2017

Le dimanche 30 avril sur Nantes a eu lieu la 37eme édition du Marathon.
Ayant participé à cette course au terme de 4 mois d’entrainement, j’ai terminé en un temps officiel 3h59.
Voila mon retour d’expérience sur cet événement très particulier.

L’entrainement à commencé tranquillement en décembre 2016, de la façon la plus simple qui soit :
Fixer 3 jours d’entrainement par semaine. J’ai opté pour le mardi, vendredi et le dimanche.

  • Mardi entre midi et deux : sortie d’une heure le long de Loire, pas loin du travail.
  • Vendredi entre midi et deux : sortie fractionné au stade si possible, 45min – 1h.
  • Et puis dimanche sortie longue, en augmentant les distances progressivement, pour culminer a 30 km 3 semaines avant le marathon.

C’est ce planning simple que j’ai suivi jusqu’au jour J.

A cela s’ajoute une hygiène de vie plus correcte, qui progressivement se met en place.

  • Alimentation adaptée : poursuite d’un bon équilibre alimentaire sur les conseils de ma diététicienne 🙂
  • Sommeil de meilleur qualité : nous avons glissé l’heure du couché de 00h00 vers 22h00 en l’espace de quelques semaines.
  • Suppression progressive de l’apéro : c’est pas forcement drôle au début, mais ça finit par faire vraiment du bien.

Pendant 4 mois, j’ai gardé en tête ces quelques règles au quotidien.

Arrivé à la semaine précédant l’événement, j’ai trouvé l’ambiance relax. Plus besoin d’aller s’entraîner, comme si les dès étaient déjà jetés.
Une seule ombre planait pendant cette semaine et pas des moindres : d’importants orages prévus toute la journée du dimanche.
Arf, c’est dommage ça. Comment cela va t’il impacter la course ? Les spectateurs se laisseront-ils décourager par le mauvais temps ?

J’ai pris quelques conseils pour gérer la course sur la pluie et j’ai surtout retenu ces conseils:

  1.  vaseline / sparadrap sur les tétons pour les limites les frottements.
  2.  vaseline / nivea crème sur les pieds et notamment entre les orteils, pour limiter frottements et ampoules.
  3. vaseline / nivea crème aux différentes articulations, genoux, aine, aisselles, pour limiter les irritations.

Vaseline, vaseline et encore vaseline, on ne peux pas se tromper avec ça.

Et en fait tout cela pour pas grand chose, puisque finalement les nuages ont laissés leur place a un soleil timide pour la durée de la course.

Le jour J, la ville de Nantes à déroulé un dispositif impressionnant.
Toute la ville était balisé, l’organisation impeccable avec notamment une consigne pour les affaires au centre des congrès, derrière le LU.
La ligne de départ du Marathon quand à elle se trouvait Cours Saint Pierre, derrière la Cathédrale.


Pour le semi qui avait lieu en même temps, c’était devant les machines de l’île.

Ainsi au Cours Saint Pierre nous étions rassemblés dans un état de liesse généralisée.
Et puis finalement, le coup de feu attendu depuis des mois.

Je n’ai rien trop à dire pour la première moitié de la course. Rien de spécial a mes yeux sur le parcours, je connais déjà Nantes et particulièrement les bords de Loire.
Les spectateurs constituaient le seul divertissement, de tout age et de toute forme ils avaient tous un grand sourire accroché aux lèvres.

Ainsi je me suis contenté de dérouler les premières dizaine de km en m’accrochant a la flamme jaune des 3h45.

Cette fameuse flamme des 3h45, j’ai couru dans ses pas pendant des kilomètres, a un rythme plus soutenu qu’aux entraînements.
Et puis inévitablement, les premiers signes de fatigues sont apparus autour du 32eme km.
Plus de topette et perdu une gourde.

La flamme du 3h45 : décrochage au 35eme km, juste avant le hangar de l’éléphant, plus possible de maintenir le rythme.
Et puis finalement au 38eme km, devant le mémorial de l’abolition de l’esclavage, plus possible de courir du tout plus d’énergie et des petites étoiles devant les yeux.

Prochain ravitaillement : place Royale, le long de la fontaine. Sur le moment je l’ignorais, c’est avec un immense soulagement que je l’ai trouvé.

Reprise de la course par petit tronçon entre le cours des 50 otages et Hôtel Dieu
Au 40eme j’ai l’heureuse surprise de découvrir un spectateur de marque au milieu de la foule.
Paul avait fait la route jusque la pour me soutenir !
Ça a permis de rester à flot pour les 2 derniers km jusqu’à la fameuse arche « courrier de l’ouest » tant espérée.

J’y ai retrouvé Mumu, franchement sortie du semi et AS !

Les résultats officiels ici :

http://www.sportinnovation.fr/resultats/resultat_cr.php?crs=2223

One Reply to “Marathon de Nantes 2017”

  1. Bravissimo mon Peter , tu as du mérite , et je t’envie …. prochain marathon tu m’emmènes et tu seras ma flamme !!!!!!!
    J’ai aimé tes commentaires , merveilleusement écrit et le déroulement du marathon un vrai thriller et moi j’adore ……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *